Et si votre Tote bag polluait autant qu’un sac plastique ?

Le tote bag, ce sac en toile de coton si pratique et tendance, est encore omniprésent cet été. Pourtant, une étude scientifique récente rappelle qu’il est néfaste pour l’environnement.

“On les voit encore partout. A la plage, en allant faire des courses, ou encore en allant chercher les enfants avec un goûter dans les mains, le sac en coton suit les estivants partout, c’est d’ailleurs de là qu’il tient son nom.

Et c’est bien cela qu’on aime il est pratique, léger et utilisable en toutes circonstances tant ses déclinaisons sont nombreuses. Dans un premier temps, il est apparu comme un remède contre la multiplication des sacs plastiques. Selon WWF, la France est en effet l’un des pays les plus consommateurs de matières plastiques et également l’un des plus mauvais en termes de recyclage. Seulement 21 % du plastique y est recyclé. Par conséquent, c’est plus de 8 millions de tonnes de déchets plastiques qui périssent dans les océans chaque année.

“Depuis quelques mois, le sac en toile a néanmoins perdu ses accents ’éco-friendly’. En effet, sa fabrication est, elle aussi, très polluante selon une étude scientifique danoise parue l’an dernier. Elle nécessite beaucoup d’eau, d’énergie, de terres fertiles et de pesticides. Le document en question révèle que, pour égaler les performances environnementales d’un sac plastique, il faudrait utiliser son tote bag en coton… 7100 fois ! Pire, s’il est fabriqué dans un coton bio nécessitant 30% d’eau en plus , il faudrait l’utiliser 20 000 fois…”

Une étude britannique de 2006 allait dans le même sens. En un mot, si l’on prend en compte l’impact de la fabrication sur le changement climatique, la consommation d’eau, la pollution de l’air et le rejet de produits chimiques, le tote bag serait plus néfaste qu’un sac plastique.”

Hors chez Good-Feeling nous fabriquons des Tote-bag à la main, le sac de base est acheté chez un petit commerçant et ensuite floqué à la main. Juste de l’eau comme il en faut, une terre sans pesticide et du soleil. Un produit issu d’un circuit ultra court, floqué à la main.

Partager L'article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email